dimanche 24 mars 2013

La première chose qu'on regarde


 


Le 15 septembre 2010, Arthur Dreyfuss, en marcel et caleçon Schtroumpfs, regarde un épisode des Soprano quand on frappe à sa porte.
Face à lui : Scarlett Johansson.

Dès que j’ai lu le résumé, j’ai voulu savoir, savoir comment ce jeune mécanicien allait réagir face à la venue de Scarlett Johansson, chez lui. Je n’ai pas lu « La liste de mes envies. » Mais je ne pense pas le lire après celui-ci.

Dans une interview Grégoire Delacourt dit aimé les gens gentils, avoir écrit ce livre pour les gens gentils. J’espérais  lire quelque chose de farfelue et original, tout en sachant que les 2 protagonistes étaient des écorchés de la vie…  C’est la boule dans la gorge que je vais vous dire d’acheter ce livre si vous voulez pleurer, mais il ne faut pas s’attendre à quelque chose de gaie, je n’ai pas compris son but, son envie de faire souffrir les 2 personnages plus qu’ils ne souffrent déjà…
J’ai ragé ,honnêtement, je suis en colère contre Grégoire Delacourt, d’avoir écrit un roman si noir, avec un résumé si mignon… Et en interview de l’avoir vendu comme quelque chose de gentil…
Quand je lis un livre c’est par période et par envie, là je voulais quelque chose de frais et gaie, mais j’ai le sternum qui me fait mal, j’ai une boule énorme dans la gorge… Je suis verte d’être tomber sur quelque chose de si triste…
C’est un joli roman, qui se lit en une journée à peine… Mais je ne m’attendais pas à avoir mal…
J'ai beaucoup aimé les références ciné...

2 commentaires:

  1. Mine de rien, c'est un livre qui ne t'as pas laissée indifférente !
    Je me laisserais bien tentée, mais pas tout de suite !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il m'a touché... Mais je ne m'attendais pas à ça! ;)

      Supprimer